Les solitudes se ressemblent

Réfugiée dans une chambre d’hôtel, Fatima a pris quelques
jours de liberté pour se remémorer son histoire. Les hôtels,
elle connaît pour y travailler comme femme de ménage,
ainsi que pour des rencontres furtives avec son amant.
À sa naissance, sa famille vivait depuis trois ans déjà dans
des baraquements, au bout d’une route étroite, entre les
vignes. Là, à l’intérieur du camp de Saint-Maurice, dans le
Gard, ont été parquées pendant plus de dix ans des familles
de harkis, derrière des barbelés, à l’écart de tous.
On les appelait les incasables.
Maintenant que le camp n’est plus qu’une friche, elle s’interroge
sur les raisons de cette relégation imposée aux
siens jusqu’au milieu des années 70. Elle se souvient de
cette enfance peu ordinaire, de sa révolte adolescente.
De ses parents silencieux qui jamais n’ont transmis cette
histoire en loques, celle des harkis.
Poursuivant son travail de mémorialiste, Ahmed Kalouaz
nous offre le portrait romancé d’une femme doublement
stigmatisée, fille de traître et d’Arabe qui, comme tous ceux
de sa génération, a eu tant de mal à trouver sa place dans
la société française.


• Les solitudes se ressemblent est lauréat du Prix Lorientales 2015 

mai 2014
96 pages
13,00 €
ISBN 
978-2-8126-0668-7
Gencod 
9782812606687

Du même auteur