Scène de crime virtuelle

Ils avaient choisi d’habiter des îles de rêve, imaginé de splendides villas pour des vies insouciantes, ils collectionnaient les voitures de luxe et les grands crus français. Ils ne pensaient pas que le mal viendrait les chercher là. Rivés à leurs écrans comme à des mirages, ils n’avaient pas senti la mort à leurs trousses. Ils ont d’abord vu tomber leurs avatars, sans comprendre que c’en était fini des jeux de rôle. Lorsque le tueur est entré chez eux, dans la vie réelle, il était trop tard…
Orange County, Californie. Michael Kapinsky a dû reprendre son travail de photographe pour la police scientifique. Sa femme est morte voici quelques mois, il est criblé de dettes. Sur l’ordinateur d’un homme qu’on vient d’exécuter de trois balles, il remarque un curieux logo. Celui d’un univers virtuel où l’on peut échapper à ses soucis, recommencer sous un autre nom, une nouvelle apparence, à tisser des liens. Lorsqu’il se laisse tenter et rejoint, à son tour, les îles idéales, Michael n’imagine pas le piège qui se referme sur lui. Car ce monde parallèle n’est qu’un miroir. On y retrouve jusqu’à ses pires cauchemars et lorsque l’enfer s’ouvre sous vos pieds, pas question d’y échapper…
Peter May, qui s’est fait détective sur Second Life pour écrire ce roman, nous prend au collet dans un vertigineux labyrinthe où nul n’est plus redoutable que celui que l’on croyait connaître.

Photographe

Plain Picture

Traducteur

Jean-René Dastugue
septembre 2013
336 pages
22,00 €
ISBN 
978-2-8126-0551-2
Gencod 
9782812605512

Du même auteur